A toutes les victimes de la bêticide

A toutes les victimes de la bêticide

mercredi 29 février 2012

Tous à la DRAF !

Communiqué élection présidentielle                                                                                 
  le candidat Dédé l'Abeillaud sera à :

 
         la Direction Régionale de l'Agriculture et de la Forêt ,15 avenue de Cucillé 35000 Rennes                          
                                                          le vendredi 02 mars à 11H
 
Aux côtés des citoyens, défenseurs de la biodiversité, anti-ogm... pour dénoncer :

- l'absence d'arrêté ministériel interdisant la culture de maïs transgéniques, contrairement aux promesses des Ministères de l'Agriculture et de l'Ecologie,
- les autorisations, à répétition, des insecticides systémiques (Gaucho, Cruiser...) ruinant la filière apicole et détruisant la biodiversité. 

mardi 28 février 2012

Philippe Bodard soutient Dédé l’abeillaud à la présidentielle


Mûrs-Erigné, lundi 27 février. En guise de costume cravate, David Derrien s’est présenté dans son habit d’abeille pour aller chercher une promesse de parrainage auprès de Philippe Bodard.
Mûrs-Erigné, lundi 27 février. En guise de costume cravate, David Derrien s’est présenté dans son habit d’abeille pour aller chercher une promesse de parrainage auprès de Philippe Bodard.
Avec ses lunettes à grosse monture jaune, ses deux antennes mobiles sur la tête, son costume zébré noir et or, Dédé l’Abeillaud ferait un tabac auprès des enfants tout en s’attirant la bienveillance des rigolards par sa seule présence. Derrière son costume de Maya l’abeille, l’homme n’a pourtant rien d’un clown de cour de récréation dont le seul but serait uniquement d’amuser la galerie avec force mimiques, pitreries et autres calembours. Même s’il se hasardera en préambule de son discours à un douteux jeu de mot entre le nom de son hôte et l’insecte butineur en parlant de « beau dard ». Quelle entrée en matière !

Vêtu de son déguisement d’abeillaud - le mâle de l’abeille - Dédé l’Abeillaud était à l’hôtel de ville de Mûrs-Erigné afin de rencontrer le premier élu de la ville. En surgissant dans un bourdonnement d’essaim destiné à surprendre la cantonade présente, il a fait une tonitruante entrée dans la salle du conseil municipal devant plusieurs dizaines de supporters acquis à sa cause. Au-delà de l’entrée quelque peu folklorique du personnage, de nombreux médias étaient venus découvrir ce candidat atypique qui mène pacifiquement son bonhomme de chemin. Preuve en fut donnée avec la présence de nombreux médias avec, entre autres, BFM télé, Canal +, l’AFP, ainsi que tous des représentants de la presse régionale.

De fait, ce Breton de Plougastel-Daoulas se présente comme un véritable défenseur de la biodiversité en s’appuyant sur un réseau d’apiculteurs, de faucheurs volontaires, de défenseurs de l’environnement. Dans son propos, il s’élève notamment « contre la commercialisation de tous les insecticides systémiques fossoyeurs des insectes pollinisateurs, contre la distribution gratuite d’échantillons de semences OGM auprès des maïsculteurs, contre une économie globalisée qui impacte la diversité biologique ». Et à l’évidence, derrière le déguisement, se trouve un militant dont l’engagement se veut clairement affiché.



Bzzz… En voilà un qui fait le buzz dans cette très sérieuse campagne électorale... Avec un discours qui semble faire mouche auprès des écologistes.
Bzzz… En voilà un qui fait le buzz dans cette très sérieuse campagne électorale... Avec un discours qui semble faire mouche auprès des écologistes. 
De retour du Salon de l’agriculture où il était la veille et avant d’aller manifester dans la foulée devant la Direction départementale de l’agriculture à Angers, le candidat fait son miel des soutiens qu’il commence à susciter. Même s’il est actuellement le premier dans le département à lui accorder son soutien officiel, le maire de Mûrs-Erigné est loin d’être le seul grand électeur à lui accorder un parrainage. Car selon l’entourage du candidat, celui-ci disposerait de plus de 350 signatures sur les 500 nécessaires pour se présenter au premier tour des élections présidentielles.

Petit candidat quasiment inconnu du grand public, il le demeurera sûrement jusqu’au bout. Il le sait tout comme ses supporters, d’autant qu’il ne dispose pas de budget pour tenir des meetings, s’offrir une campagne d’affichage ou sillonner le pays. Agent de service dans une collectivité brestoise, il bat la campagne à ses frais avec une modeste garde rapprochée constituée d’une chargée de « blanchiment des consciences » et d’un adjoint de « voix d’extinction ». Qu’importe ! Le message, lui, demeure bien concret.

C’est d’ailleurs ainsi que Philippe Bodard, qui fut l’un des premiers maires à bannir l’usage des produits phytosanitaires dans sa commune, l’a interprété : « Vous mettez de l’humour dans un sujet qui demande à être traité avec sérieux. J’ai des certitudes sur vos idées. Votre combat est louable dans cette campagne qui mérite un triple A : A pour Anesthésiante, Affligeante et Anti-démocratique. Je soutiens nos amis apiculteurs. Tout comme l’espèce humaine ». Et de prévenir en ajoutant : « Pour autant, parrainage ne veut pas dire vote ».

le Maire Beau-dard parrain de dédé - Allocution du 27.02 - Mûrs-Erigné


Mr BODARD, vous me permettez de commencer cette allocution par ce jeu de mot facile mais de circonstance,  la  nature vous a sûrement muni d’un beau dard. C’est une sacrée entrée en matière que je vous propose là, une matière active il va s’en dire.
En effet il fallait en avoir dans le pantalon pour prendre un arrêté municipal en 2003 pour interdire l’usage de produits phytosanitaires sur votre commune.  Je ne m’attarderai pas sur le gaucho car difficile pour un gauchiste d’en parler. Tout comme il faut en avoir aujourd’hui pour m’accueillir et accepter publiquement d’apporter votre parrainage à ma candidature aux élections présidentielles. Vous faites preuve d’une audace qui justifie pleinement que je me présente à vous déguisé en abeille.   J’ai bien observé d’ailleurs,  en parcourant le site internet de Mûrs Erigné, que vous étiez, depuis plusieurs années, attentif  à la préservation d’un écosystème vivant et varié sur votre territoire. Tout comme il faut saluer les mesures que vous adoptez dans le cadre d’un plan général d’économie d’énergie.  Si je suis l’un des ambassadeurs de la biodiversité, Mr Bodard, vous et votre équipe municipale  en êtes les acteurs.  Vous savez comme moi que l’action politique devrait avoir comme seul agrocarburant l’anticipation. En prenant cet arrêté de 2003 vous avez rempli pleinement votre fonction d’élu local. Aujourd’hui il apparaît urgent de prendre des mesures qui concerneront l’ensemble de la métropole. Vous ne serez pas surpris si j’évoque ici l’obligation d’interdire la commercialisation de tous les insecticides systémiques fossoyeurs des insectes pollinisateurs.  Vous ne serez pas non plus étonné d’apprendre de ma part que je remette en cause cette économie globalisée qui impacte de façon désastreuse sur la diversité biologique. La convention du même nom ratifié par 180 pays en 1992 au sommet de la terre à Rio de Janeiro comportait pourtant un certain nombre d’outils et de mesures qui devaient aller dans le bon sens. Hors on s’aperçoit que faute d’une volonté salutaire et d’en avoir dans le pantalon, un beau dard j’entends, pas vous Mr le maire, les dirigeants mondiaux se sont  détournés de leurs engagements qui n’étaient que de façade. Un seul exemple : il est stipulé dans cette convention que lorsqu’il existe une menace de réduction sensible ou toute perte de la diversité biologique, l’absence de certitudes scientifiques totales ne doit pas être invoquée comme raison pour différer les mesures qui permettraient d’en éviter le danger ou d’en atténuer les effets. Quand vous rencontrez les eurocrates de la Commission européenne le discours est tout autre car tant qu’ils n’ont pas de certitudes scientifiques ils ne se prononcent pas sur le lien de causes à effet entre l’usage des pesticides systémiques et la mortalité des abeilles et laissent les agroalchimistes élaborer les règles en matière de pesticides. Les apiculteurs et tous les vrais défenseurs de l’environnement proposent de leur côté  de reconnaître l’innocuité  de ces matières actives sur les insectes pollinisateurs avant d’envisager leur commercialisation. Autant dire que nous en serions débarrassés !
 L’Etat français, par l’intermédiaire de son Ministère de l’agriculture n’est pas en reste en matière d’hypocrisie. Comment ne pas s’indigner quand il autorise la mise sur le marché de nouveaux insecticides systémiques. Nous sommes tous menacés pas Tom Cruiser OSR sur colza ! Le petit dernier. N’y voyez aucune allusion à des hommes de petite taille à talonnettes.
D’autres périls planent sur nos campagnes. Je ne me dois d’évoquer, Mr Bodard, le cas du maïs OGM Mon810 de chez Monsanto, firme multinationale condamnée à multiples reprises pour nocivité universelle. Les semailles de printemps approchent et nous ne sommes pas à l’abri d’une pollution massive au maïs Mon810. Sachez déjà que la firme offre aux maïsiculteurs des échantillons gratuits de semences OGM que les agriculteurs pourront disséminer dans les campagnes. Demain si on laisse faire c’est le miel qui sera contaminé par les OGM, produit de l’activité apicole qui ne pourra  plus être commercialisé, favorisant ainsi la disparition d’apiculteurs professionnels, secteur déjà bien sinistré. L’agriculture paysanne ne pourra pas s’en remettre au regard du rôle primordial de l’abeille dans la pollinisation des fruits et légumes.
Mr Bodard, vous savez comme moi que les sujets de préoccupations ne manquent pas quand il s’agit de parler de la diversité biologique et de l’environnement en général. Vous n’ignorez pas non plus que tout est lié, parler d’environnement, c’est parler aussi de l’économie et du social à la fois.  Pour en comprendre le sens nous avons besoin de nous rééduquer afin d’échapper à cette impasse que représente cette société débridée et consumériste. Mr Bodard, permettez moi pour l’occasion de rebaptiser la devise de la République au fronton de votre mairie « Sobriété, humanité et diversité ».
J’appelle maintenant à la pollinisation générale.  Mesdames et Messieurs les élus locaux, divers ou de toutes  saisons, que l’investissement de Mr Bodard vous guide pour faire le choix de la démocratie. Venez le rejoindre dans les rangs de ceux et celles qui refusent la fatalité et l’impasse de l’offre politique actuelle ! J’en appelle au réveil des consciences !

dimanche 26 février 2012

Semailles de printemps




Une visite à la DRAAF (Direction régionale de l'agriculture et de la forêt) de Rennes est prévue le vendredi 02 mars 2012 par les apiculteurs. Les faucheurs volontaires se joignent à nous pour continuer à mettre la pression sur le gouvernement pour l'adoption d'une clause de sauvegarde pour interdire les semis de maïs Mon 810 au printemps.

mercredi 22 février 2012

dédé au salon des agricultures

Afin de faire converger les préoccupations des apiculteurs, autour des interrogations sur les semis de maïs OGM Monsato 810 au printemps prochain, je serai présent au Salon des agricultures le samedi 25 février 2012, toute la journée, et ainsi tenter d'alerter les visiteurs sur les enjeux d'une telle situation. Je vous invite à nous rejoindre pour manifester votre soutien.

mardi 14 février 2012

Faisons barrage à l'irresponsabilité !

Coup de gueule de Nova Tahiti
"¡¡¡¡¡¡¡¡Que cette image fasse le tour du monde!!!!!!!!!!
J'ai beaucoup plus de respect pour un Guerrier qui protège la Vie - pour nous, pour nos enfants, nos petits enfants et pour les générations futures - que pour une civilisation superficielle et ses intérêts personnels!
Pendant que les magazines et les chaînes de télévision parlent de la vie des célébrités, .... le Chef de la Tribu des Kayapo a reçu la pire nouvelle de sa vie : Dilma, la présidente du Brésil, a donné son approbation pour la construction d'une énorme centrale hydroélectrique (la 3ème plus grandes au monde).
C'est la sentence de mort pour tous les peuples vivant prêt du fleuve, car le barrage inondera environ 400 000 hectares de forêt. Plus de 40 000 Indiens devront trouver de nouveaux endroits où vivre. La destruction de l'habitat naturel, la déforestation et la disparition de plusieurs espèces sont des faits!!!
Ce qui me retourne l'estomac, me fait honte de faire partie de cette culture occidentale, est la réaction du Chef de Tribu des Kayapo lorsqu'il apprend la décision - son geste d'impuissance devant l'avance du progrès du capitalisme, une civilisation moderne qui n'a aucun respect pour les cultures différentes de la leur...
Mais nous savons qu'une image vaut mille mots, et montre le véritable prix à payer pour la "qualité de vie" de nos bourgeois."