A toutes les victimes de la bêticide

A toutes les victimes de la bêticide

dimanche 15 juillet 2012

Visite de dédé au salon Terre et Océan - Lorient

Sur invitation de mon parrain chez les faucheurs volontaires, RV (auteur des photos), j'ai rencontré, lors d'un survol citoyen au salon "Terre et Océan" de juin dernier, quelques organismes et représentants du monde de l'agriculture bretonne. Autant vous dire que l'accueil (quand il y en avait un) était plutôt mitigé. Reste les badauds qui n'ont pas été, heureusement, avares de sourires. Résumé sous la forme d'un roman-photos.



Je ne pouvais commencer ce circuit, touris(ti)que pour une abeille, sans rendre hommage à la Cecab. Ce fut un moment très émouvant de retrouvailles (malgré le gène affiché par ses représentants) après l'occupation des locaux de Saint Alouestre (56) de l'an passé (voir actualité sur le site du Comité breton de soutien aux faucheurs volontaires).  Cette coopérative agricole fabrique de l'aliment pour bétails à base de tourteaux de soja OGM, importés d'Amérique latine. Le soja est riche en protéine. Associé au maïs, il fait un bon complément alimentaire. C'est ainsi que, la viande conditionnée et vendue en barquette en grande distribution ne peut être garantie sans OGM. A quand un étiquetage de traçabilité totalement transparent ?  

Triskalia. Ce groupe agricole et agroalimentaire breton regroupe aujourd'hui des coopératives comme Coopagri, Magasins verts... Même pas peur des oxymorts, quand Triskalia se lance dans une démarche d'agriculture écologiquement intensive, nouvelle propagande productiviste, relayée par les chambres d'agriculture et donc la Fnsea. Ils vont même jusqu'à faire du groinwashing car satisfait de compter près de 800 adhérents, éleveurs de porcs. Triskalia s'oriente vers une agriculture de précision. Le pari est déjà réussi quand on voit ce que cela donne avec les cochons et les algues vertes. le 08 juin dernier le groupe annonçait  l'arrivée de 68 nouveaux porchers dans leur giron pour continuer dans cette voie. Par honnêteté, je reconnais un accueil sympa sur le stand (ben ouais j'aime le jus de raisins fermentés du premier plan sur la photo !).
















Joyeuses rencontres entre producteurs locaux et apiculteurs du Morbihan. J'étais un peu comme à la maison.

Tellement ravi que je n'ai pas pu résister à l'envie de lancer la chansonnette.
Et voilà succès garanti (100 % naturel et sans OGM).

Arrachage symbolique de pied de maïs. La chambre d'agriculture du Morbihan n' a rien trouvé de mieux pour la décoration du salon. Qu'il soit dans un salon ou dans un champs, OGM ou pas, c'est un nuisible mortel, il faut s'en débarrasser ! 

Abeille et maïs : contre vérité et mensonge du ministère de l'agriculture ou des abeilles ? Il paraît selon des sources bien informées que l'abeille désaffectionne les fleurs de maïs (info ou intox ici citée ?). D'après une autre source, l'abeille s'accommode bien du pollen de la plante. Étant donné que la commercialisation des semences de maïs, enrobées de traitement d'insecticide, n'est pas interdite,  je me demande si la cause de la mortalité des abeilles n'est pas liée à la première source de désinformations de la parole publique et officielle.
Stand du Crédit Agricole. Je suis indigné ! Pas un agent d'accueil ou un technicien agrofinancier ! C'est donc tout naturellement que j'ai souhaité occuper les lieux pour dénoncer le manque de savoir vivre de la banque. Nous avons pallié à l'absence du personnel pour annoncer le nouveau  positionnement du CA : mutualisation (des dettes grecques) et coopération (des clients pour les rembourser). J'étais accompagné du nouveau directeur de l'agence, recruté fraichement sur le salon.

Notre association a très rapidement porté ses fruits en éveillant la curiosité. En effet, nous avons opté pour une certaine transparence : aides à la PAC, désengagement de fonds en Grèce, investissement dans le nucléaire, souteneur principal de l'agriculture productiviste, remboursement d'impayés.... une pratique inédite au sein du CA.
Malheureusement le retour impromptu de l'agent de l'inaccueil a rompu avec cette nouvelle approche éthique. "Non mademoiselle, ce n'est pas un stand dans une fête foraine et l'abeille n'est pas une peluche à gagner. Écoutez, maintenant ça suffit, soyez raisonnable, et rendez-moi mon crayon dégradable".

Il a fallu alors improviser un départ précipité et tel un héros arthurien de la table ronde, je suis parti guerroyer vers d'autres terres. Du courage il ne fallait pas en manquer car au cours de ma déambulation chevaleresque j'ai croisé le fer avec des éleveurs de blonde d'Aquitaine. Propos relevés : " T'es qu'un con. T'es tout seul c'est pour ça que l'on te tolère ici. Mais viens dans un coin, viens ! ETC, etc...". Les échanges, plutôt animés, ont faisandé : "Forcément t'es contre la chasse ? t'es anti tout finalement ?" J'ai essayé d'expliquer que ce n'est pas le sanglier qui est nuisible quand il vient saccager un carré de maïs mais bien l'Homme quand il le cultive. Peine perdue, je ne peux pas comprendre la Raison raisonnée et raisonnable.

dimanche 8 juillet 2012

en route pour le bourdonnement de dédé


Voici la carte officielle du Tour de France de Dédé l'Abeillaud, avec les dates de chaque étape ! Partagez-la pour sauver les abeilles et financez la campagne sur le site de zioum (agence de com citoyenne) : http://www.zioum.fr/fr/social-advert/319/aidez-nous-a-sauver-les-abeilles .

Je rappelle, d'une part, que dédé déambulera sur ses mandibules à partir du dimanche 22 juillet, 13h départ de Plougastel-Daoulas. Je serai déguisé en dédé, avec pour seul bagage une ruche. L'idée est de partir en auto stop et de rencontrer un maximum de personnes pour parler de la campagne et de son financement (au moins 10 automobilistes/jour). En parallèle chacun pourra prendre des photos en compagnie de dédé pour alimenter un forum intitulé : "avez-vous vu dédé ?".
D'autre part, chaque point sur la carte correspond à une rencontre avec une ou un apiculteur professionnel. La presse locale sera avertie de mon passage chez eux. Nous solliciterons également les associations environnementalistes, écolo, alternatives... pour relayer l'information. D'ores et déjà vous pouvez de votre côté faire bourdonner dédé ! Nous ferons aussi un éclairage précis autour des questions liées à l'impact de l'usage des phytosanitaires et la situation dans les régions visitées par dédé.

Enfin, avant de nous adresser à la presse française, pour m'accompagner tout au long de ma déambulation écologique, je me suis associé à un média breton. Il s'agit de "Seizh", média participatif qui souhaite bousculer l'actu en Bretagne, avec un regard breton. Je disposerai d'un appareil photo pour filmer mes rencontres, partager mes bons moments comme les galères... Chaque jour, j'espère vous apportera son lot d'images de dédé dans son bourdonnement citoyen. Si vous êtes intéressé(e) par ce voyage n'hésitez pas à me le faire savoir, dès à présent.

dimanche 1 juillet 2012

Maudit Mobee dick, maudissons-le !


Un robot abeille est en cours de développement à l’Université d’Harvard aux Etats-Unis. Ce petit drone, pas plus long que le diamètre d’une pièce de monnaie, est là pour sauver la vie sur notre planète en cas de disparition des véritables abeilles.Il semblerait que le nombre d’abeilles diminue dans nos paysages. Or, cet insecte est responsable de la plus grande partie de la pollinisation des plantes de la planète. Si elles disparaissent, c’est tout le règne végétal qui disparait. En toute logique, la population animale végétarienne quitte le monde des vivants entrainant avec eux les carnivores. Le travail des abeilles est donc primordial pour notre survie. C’est pourquoi Mobee a été conçu afin de polliniser nos champs tout en les surveillant.


Mobee, en plus de sauver la planète, pourrait également être utilisée par le secteur militaire pour faire de la surveillance ou du repérage de personnes égarées. Le robot reçoit un budget de 2 millions de dollars par ans sur 5 ans pour son développement.
source : Gizmodo