A toutes les victimes de la bêticide

A toutes les victimes de la bêticide

samedi 23 septembre 2017

Dépotoir sauvage : allons au casse-pipe

Fréquemment soupçonnée d'exagérer l'état d'insalubrité dans laquelle se trouve la commune de Plougastel-Daoulas, l'association A Quoi Ca Serre démontre, une fois de plus, que cette commune est bien une décharge à ciel ouvert avec ce nouvel exemple : le dépotoir sauvage sur une ancienne ICPE (installation classée pour la protection de l'environnement).
Située à l'entrée du bourg de Plougastel-Daoulas, à quelques encablures de la 4 voies qui mène à Brest, aux abords de la voie romaine, l'ancienne casse a un tout autre visage aujourd'hui.
En lieu et place de l'empilement de voitures hors courses, s'amoncellent, dans l'indifférence générale, des tas de gravats en lien avec des chantiers du bâtiment et d'autres déchets encombrants. Qu'est ce qui pourrait venir décourager ces individus, dépourvus de scrupules, d'utiliser cette zone inerte comme  dépotoir ? Rien. Strictement rien. Au contraire, les milliers de m2 de surface de la casse et les pans de mur des locaux, encore debout, offrent une aire de stockage idéale pour entasser, dans une relative discrétion, les quelques m3 déversés par la benne d'une fourgonnette. D'ailleurs, l'accès à la friche est facilité par l'absence de clôture. Personne n'a trouvé opportun de placer un panneau d'interdiction de pénétrer. 
Alors que les ouvertures de casses sont soumises à la réglementation environnementale en lien avec le statut d'ICPE , tout au plus, on sait que lors d'une liquidation judiciaire,dans le cas ici présent depuis 2015 (http://www.procedurecollective.fr/fr/liquidation-judiciaire/1089427/eurl-plougastel-casse-jb-vourch.aspx), le liquidateur, désigné par un jugement du tribunal de commerce, doit remplir ses obligations au titre de l’article R. 512-39-1 du code de l’environnement. En l'occurrence, dans ce cas précis (voir photos), les obligations de remise en état du site n'ont pas été suivies d'effets définitifs (article L. 512-17 du Code de l’Environnement), incitant donc les gestes d'incivilité. Comme le mandat du liquidateur judiciaire prend fin à la date de la clôture liquidation, on peut se poser la question de savoir qui prend le relai dans le cas d'une procédure incomplète. Il est fort à parier que, si des pressions administratives (Etat, préfecture, commune) ne s’exercent pas, les responsabilités vont se diluer et faire, de cette ancienne installation, une décharge sauvage, accessible à tous. AQCS pourrait faire preuve de mansuétude vis à vis du maire de la commune, sensé garantir la salubrité publique et la sécurité d'autrui, s'il parvenait à interroger le liquidateur, dans les temps impartis aux obligations de dépollution du site.
Mais les multiples sollicitations d'AQCS auprès de la mairie, restées volontairement sans accusés de réception, font penser qu'une nouvelle fois, le maire ne sera pas à la hauteur de sa fonction. La décharge est une charge bien trop insignifiante pour un élu local, bien trop encombrante pour la reconnaissance sociale que procure la fonction de premier magistrat.


4 commentaires:

  1. et si les algeco pouvaient être renové et servir de logement? peut-être que je dis une connerie...

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour. Puis je savoir où ce trouve ce dépôt. Je vous rassure ce n est pas pour y déposer mes ordures. Merci pour votre blog.:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour. en haut du rond point du passage,de l'autre côté de la 4 voies par rapport au super u, descendre 200 à 300 m puis prendre la seconde route de droite ensuite c'est une impasse

      Supprimer